Logo telephone-bleu logo EXPERT BATIMENT PARIS

Expertise technique du bâtiment, conseils, assistance et suivi de travaux

09 83 77 00 48

Expertise batiment et assistance travaux

Actualités relatives aux travaux de construction, de rénovation et d'entretien

 

L’ETUDE DE SOL OU ETUDE GEOTECHNIQUE :

 

Dans le but de sécuriser la construction d’une maison individuelle, la loi Elan du 23 novembre 2018 a créé un nouveau diagnostic obligatoire lors de la vente d'un terrain : une étude géotechnique (une étude de sol).

 

L'étude géotechnique doit remédier à cette situation :

-en informant l'acheteur du risque potentiel ;

-en informant le constructeur à qui devra être remise l'étude de sol. Le constructeur devra alors obligatoirement proposer des solutions techniques adaptées.

 

Les techniques de construction utilisées doivent dorénavant permettre d'atteindre les objectifs suivants :

-limiter les déformations de l'ouvrage sous l'effet des mouvements différentiels du terrain tant par la conception et la mise en œuvre des éléments de structure et de fondation que par le choix des matériaux de construction ;

-limiter les variations de teneur en eau du terrain à proximité de l'ouvrage dues aux apports d'eaux pluviales et de ruissellement ainsi qu'à la végétation ;

-limiter les échanges thermiques entre l'ouvrage et le terrain adjacent.

 

Le contenu de l’étude de sol :

L'étude géotechnique est dite « préalable » lorsqu'elle identifie les risques géotechniques d'un terrain et définit des principes généraux de construction permettant de prévenir le risque de mouvement de terrain consécutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols.

L'étude géotechnique est dite « de conception » lorsqu'elle prend en compte l'implantation et les caractéristiques du bâtiment. L'étude de sol a alors pour objet de fixer, sur la base d'une identification des risques géotechniques du site d'implantation, les prescriptions constructives adaptées à la nature du sol et au projet de construction.

 

Les zones géographiques concernées par l’étude de sol :

L'étude géotechnique s'impose pour un terrain situé dans une zone à risque, en pratique une zone de sols argileux. Les sols argileux sont présents sur une grande partie du territoire. Une carte d'exposition au phénomène de mouvement de terrain différentiel sera prochainement publiée. Elle identifiera quatre catégories de zones :

-exposition forte ;

-exposition moyenne ;

-exposition faible ;

-le reste du territoire (zones d'exposition résiduelle où la présence de terrain argileux n'est, en l'état des connaissances, pas identifiée).

L'étude de sol est obligatoire dans les zones où l'exposition au risque est qualifiée de moyenne ou forte.

 

Les ventes concernées par l’étude de sol :

 

Dans les zones géographiques soumises à étude géotechnique, sont concernées :

-les ventes de terrains non bâti constructibles permettant la réalisation de maisons individuelles (terrains à bâtir) ;

-les contrats de construction de maison individuelle (CCMI).

 

L'étude de sol devait être obligatoire pour les ventes de terrains et les CCMI signés à compter du 1er janvier 2020.

En dehors de toute obligation légale, il est toujours recommandé d'effectuer une étude de sol avant de se lancer dans un projet de construction d'une maison.

 

UNE NOUVELLE PRIME POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE

 

Depuis le 1er janvier 2020, une nouvelle prime à la rénovation énergétique des logements est accessible et destinée en priorité aux ménages les plus modestes : il s’agit de « MaPrimeRénov », une nouvelle aide fusionnant le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE), d’une part, et les aides ANAH « Habiter Mieux Agilité », d’autre part. « MaPrimeRenov » marque ainsi une nouvelle étape dans la simplification des aides.

 

« Mieux isoler sa maison, changer de chaudière ou installer une ventilation efficace sont des travaux essentiels pour ne plus avoir froid chez soi l’hiver ou chaud l’été. « Ma Prime Renov » est une aide qui s’adapte aux revenus des français et qui peut se cumuler avec les C.E.E (certificats d’économie d’énergie) et le PTZ.

Cette aide est plus juste et plus simple, se concentrant sur les revenus les plus modestes en s’adaptant aux revenus des ménages. À travers une simple demande en ligne, l’aide sera désormais versée l’année des travaux, contrairement au Crédit d’impôt transition énergétique.

 

« MaPrimeRénov » s’adresse à tous les propriétaires qui occupent leur logement. L’aide est calculée en fonction de deux éléments : les revenus et le gain écologique apporté par les travaux (chauffage, isolation, ventilation…). Pour engager ces travaux, Il est important de faire appel à des artisans de confiance, ayant le label Reconnus garants de l’environnement (RGE). Plus d’informations en cliquant ici. 

 

Le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) évolue en 2020

 

Le CITE résiduel 2020 est ouvert aux ménages propriétaires de leur résidence principale, si celle-ci est achevée depuis plus de deux ans, selon des conditions de ressources détaillées dans le tableau ci-dessous. Les ménages aux ressources inférieures à ces seuils relèvent de « MaPrimeRénov ».

Conditions de ressources pour l’obtention du CITE en 2020

 

Nombre de personnes composant le foyer             En Île-de-France                 Dans les autres régions

                                                                                                          1                                                 25 068 €                                    19 074 €

                                                                                                          2                                                 36 792 €                                    27 896 €

                                                                                                          3                                                 44 188 €                                    33 547 €

                                                                                                          4                                                 51 597 €                                    39 192 €

                                                                                                          5                                                 59 026 €                                    44 860 €

                                                           Par personne supplémentaire                                               7 422 €                                      5 651 €

 

Le CITE n’est plus exprimé en % du coût des travaux, mais devient forfaitaire, avec des montants différents selon deux catégories de revenus : les revenus intermédiaires et les revenus plus élevés. De plus, ces catégories de revenus sont différentes en Île-de-France et dans le reste du pays.

 

Conditions de ressources pour l’obtention du CITE en 2020 en Île-de-France :

 

                                                          Nombre de personnes composant le foyer           Revenus intermédiaires           Revenus plus  élevés

                                                                                                          1                                      Entre 25 068 et 27 706 €                   > 27 606 €

                                                                                                          2                                      Entre 36 792 et 44 124 €                   > 44 124 €

                                                                                                          3                                      Entre 44 188 et 50 281 €                   > 50 281 €

                                                                                                          4                                      Entre 51 597 et 56 438 €                   > 56 438 €

                                                                                                          5                                      Entre 59 026 et 68 752 €                   > 68 752 €

                                                                   Par personne supplémentaire                         12 134 €                                                Rien

 

Conditions de ressources pour l’obtention du CITE en 2020 Hors Île-de-France :

 

                                                          Nombre de personnes composant le foyer            Revenus intermédiaires           Revenus plus élevés

                                                                                                         1                                       Entre 19 074 et 27 706 €                  > 27 606 €

                                                                                                         2                                       Entre 27 896 et 44 124 €                  > 44 124 €

                                                                                                         3                                       Entre 33 547 et 50 281 €                  > 50 281 €

                                                                                                         4                                       Entre 39 192 et 56 438 €                  > 56 438 €

                                                                                                         5                                       Entre 44 860 et 68 752 €                  > 68 752 €

                                                                  Par personne supplémentaire                          12 134 €                                               Rien

 

Les montants forfaitaires du CITE 2020 pour chaque action ou matériel éligible :

 

Les chaudières gaz à condensation ne sont plus éligibles au CITE en 2020. Les ménages à revenus élevés ne bénéficient plus du CITE pour les appareils et systèmes de chauffage.

 

Montant forfaitaire du CITE 2020 :

                                                                                                                                                     Ménages aux revenus intermédiaires                   Ménages aux revenus élevés

Chaudière à granulés                                                                                                                                               4000 €                                                                 Rien

PAC géothermique                                                                                                                                                   4000 €                                                                 Rien

Chauffage solaire combiné                                                                                                                                     3000 €                                                                 Rien

Chaudières à bûches                                                                                                                                               3000 €                                                                 Rien

Chauffe-eau solaire individuel                                                                                                                               2000 €                                                                 Rien

Poêle à granulés                                                                                                                                                      1500 €                                                                  Rien

Poêle à bûches                                                                                                                                                         1000 €                                                                  Rien

Foyer fermé, Insert                                                                                                                                                    600 €                                                                  Rien

Chauffe-eau Thermodynamique                                                                                                                             400 €                                                                  Rien

Isolation des murs par l’extérieur                                                                                                                              50 €/m²                                                           25 €/m²

Isolation des toitures terrasses                                                                                                                                  50 €/m²                                                           25 €/m²

Isolation thermique des parois vitrées                                                                                                                      40 €/équipement                                          Rien

Isolation thermique des rampants de toitures et des plafonds de combles                                                       15 €/m²                                                          10 €/m²

Isolation thermique des murs par l’intérieur                                                                                                            15 €/m²                                                          10 €/m²

Protection des parois vitrées ou opaques contre le rayonnement du soleil                                                       15 €/m²                                                           Rien

Ventilation double flux                                                                                                                                             2000 €                                                                  Rien

Dépose de cuve à fioul                                                                                                                                                400 €                                                                 Rien

Audit énergétique                                                                                                                                                        300 €                                                                 Rien

Bouquet de travaux                                                                                                                                                     150 €/m²                                                           Rien

 

La prime du CITE est fixée, pour une période de cinq ans (soit du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2020), à 2 400€ pour une personne seule et 4 800€ pour un couple soumis à imposition commune. Cette somme est majorée de 120€ par personne à charge.

 

REPERAGE AMIANTE AVANT TRAVAUX

 

Depuis le 19 juillet 2019, il est obligatoire de réaliser un Repérage Amiante Avant Travaux (RAAT) avant toute intervention dans les immeubles bâtis construits avant 1997 même avant de menus travaux comme le remplacement d’une plomberie. La loi prévoit jusqu’à 18.000€ d’amende pour les particuliers récalcitrants.

 

RE2020

 

Comme son nom l'indique, la future réglementation, dite RE 2020, doit succéder l'an prochain à l'actuelle "réglementation thermique 2012" (RT 2012), qui impose déjà des plafonds aux bâtiments neufs en matière de consommation d'énergie. Elle doit durcir les règles, notamment en imposant de prendre non seulement en compte la consommation d'énergie du bâtiment pendant son utilisation, mais aussi ses émissions de carbone lors de sa construction et sa destruction éventuelle.

 

Elle vise aussi à généraliser les bâtiments à "énergie positive", qui produisent plus qu'ils ne consomment. Mais "les retours d'expérience montrent les difficultés à concilier les objectifs de performance énergétique et de réduction de l'empreinte carbone", rapporte LCA-FFB. Dans ce contexte, le ministre du Logement, Julien Denormandie, a laissé entrevoir un report de l'entrée en vigueur de la réglementation.

 

Promettant que les textes seraient bien publiés en 2020, M. Denormandie s'est montré plus souple sur leur délai d'application. "Ne commettons pas les erreurs du passé, comme celle de faire entrer en vigueur une réglementation à un moment donné pour ensuite revenir dessus", a-t-il prévenu, ouvrant la voie à une phase d'accompagnement avant que les exigences deviennent obligatoires.

 

Bénéficiez des Certificats d’Economie d’Energie lors de vos prochains travaux visant à réduire votre consommation énergétique

 

Les Certificats d'Economie d'Energie (CEE) constituent un dispositif d'incitation pour la mise en place d’actions visant à améliorer la performance énergétique de votre logement (isolation, pose de nouvelles fenêtres, pose d’une chaudière à condensation…) et qui permet de monnayer des certificats d’économie d’énergie auprès des fournisseurs d’énergie (EDF, GDF Suez, Total, etc.).  

 

Exemple : l'isolation de combles perdus d'une maison de 100m2 située dans le Loiret,  vous fera bénéficier d’un chèque de 700€ environ. La demande est à faire avant les travaux sur le site de l’intermédiaire.

 

Afin de pouvoir bénéficier d’une prime économie énergie (ou éco-travaux), vous devez faire obligatoirement appel à une entreprise et les nouvelles installations doivent répondre à des critères de performance énergétique. En cas de plusieurs travaux visant à réduire la consommation énergétique, les primes sont cumulables et viennent en complément du Crédit d’Impôts et d’autres aides. Ces primes sont calculées en fonction de l’économie d’énergie réalisée grâce à ces travaux.

 

Pour éviter de perdre le bénéfice de votre certificat d’économie d’énergie, vous devez absolument négocier les conditions de son rachat (ou adhérer au programme d’économie d’énergie d’un fournisseur), avant d’engager des travaux, de signer un devis, de verser un acompte, de commander, d’acheter ou de vous faire livrer du matériel, etc. Plus d'informations en cliquant ici

 

Les CEE ont été élargis au remplacement des vieux convecteurs électriques. L’arrêté du 12 juillet 2019 relatif aux modalités d’application du dispositif des certificats d’économies d’énergie et mettant en place des bonifications pour certaines opérations standardisées d’économies d’énergie élargit le mécanisme des CEE au remplacement des « grille-pains », ces vieux convecteurs électriques, vendus et installés par millions dans toutes sortes de logements en France.

Les vieux radiateurs devront être remplacés par des « émetteurs électriques à régulation électronique à fonctions avancées labellisés NF Electricité performance 3ème œil ou possédant des performances équivalentes. NF Electricité performance 3ème œil signifie que l’émetteur possède au moins deux détecteurs, comme la détection de l’ouverture d’une fenêtre et la détection de présence dans la pièce, par exemple.

 

 

Location : modification de la définition du logement décent

à compter des 1er janvier et 1er juillet 2018

 

Les caractéristiques du logement décent ont été fixées par un décret n°2002-120 du 30 janvier 2002. Le logement doit satisfaire à des exigences concernant la sécurité physique et la santé des locataires et doit comporter certains équipements de confort. La loi de transition énergétique du 17 août 2015 a fait entrer la performance énergétique dans les critères de la décence. Le décret n° 2017-312 du 9 mars 2017 définit ce critère.

 

A compter du 1er janvier 2018, il incombera aux propriétaires bailleurs d’offrir des logements aux performances énergétiques minimales :

-Le logement devra impérativement être protégé contre les infiltrations d’air parasites

-Les portes et fenêtres du logement ainsi que les murs et parois de ce logement donnant à l’extérieur ou sur des locaux non chauffés devront présenter une étanchéité à l’air suffisante.

-Les ouvertures des pièces donnant sur des locaux annexes non chauffés seront munies de portes et fenêtres.

-Les cheminées devront être munies de trappes.

 

A compter du 1er juillet 2018, la bonne ventilation des logements sera également un critère de décence. En effet, le décret vient préciser que :

-le logement devra permettre une aération suffisante

-les dispositifs d’ouverture et les éventuels dispositifs de ventilation des logements devront être en bon état et permettre un renouvellement de l’air et une évacuation de l’humidité adaptés aux besoins d’une occupation normale du logement et au fonctionnement des équipements. 

 

Les propriétaires qui louent un logement vide ou meublé auront l'obligation,

de fournir à leur locataire deux diagnostics sur l'état de l'électricité et de l'installation gaz.

 

Les bailleurs devront joindre au dossier de diagnostic technique un état de l'installation intérieure de gaz et/ou d'électricité si celle-ci a plus de 15 ans.

La loi n°2014-366 du 24 mars 2014 pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (ALUR) introduit une obligation d’information du locataire par le bailleur  sur l’état de l’installation intérieure d’électricité et de gaz du logement.

L'entrée en vigueur des nouveaux diagnostics gaz et électricité se fera en deux temps à l'occasion de la signature des nouveaux contrats de location ou de leur renouvellement :

- à partir du 1er juillet 2017, pour les logements situés dans un immeuble collectif dont le permis de construire a été délivré avant le 1er janvier 1975

- à partir du 1er janvier 2018 pour les autres logements.

 

Obligation de travaux d’isolation thermique lors de travaux importants de rénovation

 

À partir du 1er janvier 2017, pour tout bâtiment résidentiel devant subir des opérations d’entretien courant (ravalement, réfection de la toiture, aménagement de comble), les travaux devront impliquer des travaux d’amélioration de l’efficience énergétique, sauf si des contraintes techniques l’empêchent. Il faut faire attention aux nombreuses exceptions. Plus d'informations en cliquant ici

 

Un décret pour renforcer la lutte contre l’habitat indigne

 

Sylvia Pinel, ministre du Logement, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget, ont annoncé ce mercredi la parution d’un décret au journal officiel pour accélérer la lutte contre l’habitat insalubre. Ce décret, prévu par la loi Alur, précise les pénalités financières applicables à l’encontre des propriétaires ou exploitants d’immeubles ne respectant pas leurs obligations. Plus d'informations en cliquant ici.

 

Vous êtes chauffés  avec une chaudière gaz ou fioul

10 conseils pour réduire votre consommation de chauffage

 

Comment réduire de 5 à 30%  sa facture de chauffage. Cliquez ici pour prendre connaissance de 10 mesures à appliquer sans grosses dépenses

 

L'air de nos logements fortement pollué par les objets du quotidien

 

Les objets et les matériaux présents dans notre maison au quotidien, ainsi  que  les  produits  que  nous  utilisons  polluent  constamment  l'air de  notre  maison.  Selon  une  étude  publiée  ce  jeudi  par  l'Observatoire de  la  qualité  de  l'air  intérieur,  des  dizaines  de  substances  chimiques seraient  ainsi  présents  dans  l'air  et  les  poussières  du  sol  des logements.  Et  ces  composés  organiques  semi­volatiles  sont  loin d'être anodins pour notre santé. Pour en savoir plus cliquez ici.

 

Quel taux de TVA applicable aux travaux de rénovation d’un logement  achevé depuis plus de 2 ans

 

Les taux de la TVA applicables dépendent de la nature des travaux :

 

- taux intermédiaire de 10 % (contre 7 % jusqu'au 31 décembre 2013) : travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement ou d'entretien,

 

- taux réduit de 5,5 % :

 

            - travaux de rénovation ou amélioration énergétique : pose, installation et entretien de matériaux et équipements d'économie d'énergie,

            respectant des caractéristiques techniques et des critères de performances minimales : chaudière à condensation, pompe à chaleur, isolation

            thermique, appareil de régulation de chauffage ou de production d'énergie renouvelable, etc.

 

            - travaux induits, indissociablement liés aux travaux d'efficacité énergétique, qui figurent sur la même facture que les travaux principaux:

            déplacement de radiateurs ou dépose de sols par exemple. En sont exclus les autres travaux de rénovation ou d'ordre esthétique (habillage d'un

            insert, pose de papier peint...).  Plus de détails en cliquant ici.

 

Seul le recours à des entreprises RGE permettra de bénéficier de certaines aides publiques

 

À partir du 1er septembre 2014, certaines aides publiques proposées aux ménages souhaitant se lancer dans des travaux de rénovation énergétique de leur logement, seront conditionnées au recours à des professionnels porteurs de signes de qualité « RGE » (Reconnu Garant de l’Environnement) : le 1er septembre 2014 pour l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) et le 1er janvier 2015 pour le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE). En cliquant ici, vous trouverez un professionnel RGE.